Oneaction
Empowering Changemakers

Unités de reforestation mobiles

Aperçu du projet

De concert avec son partenaire Sadhana Forest, OneAction met en route un projet pilote dans trois régions arides du monde, afin d’appliquer et de parfaire un nouveau modèle de reforestation qui permet de lutter contre la sécheresse et l’appauvrissement des sols, d’accroître la sécurité alimentaire des communautés de ces régions, et de participer efficacement aux efforts contre le réchauffement climatique.     


Projects   mobile reforestation units   2018   4 Projects   mobile reforestation units   2018   3 Projects   mobile reforestation units   2018   2 Projects   mobile reforestation units   2018   1

Thématiques

Environnement, Empowerment

Durée du projet

Dès septembre 2020

Bénéficiaires

Directs : Plus de 20’000 participants formés par pays
Indirects : Plus de 90’000 membres des communautés par pays

Budget

Environ 1'600'000 CHF


Contexte

OneAction, de concert avec son partenaire Sadhana Forest, lancent un projet pilote de reforestation dans trois zones arides aux climats variés : dans le Tamil Nadu en Inde, dans le Samburu au Kenya et dans le département Sud-Est d’Haïti. Ce projet permettra de mettre en œuvre et de tester un modèle de reforestation innovant, puisqu’il regroupera les trois volets suivants : les dernières découvertes de la recherche en biogéochimie afin de sélectionner des espèces d’arbres capables de séquester le carbone de manière permanente dans les sols (les arbres «oxalogènes») et de régénérer les sols efficacement ; des techniques agroforestières efficaces afin d’optimiser la croissance et le taux de survie des arbres ; et la transmission de ces techniques au sein des communautés locales.

 


Notre partenaire

Sadhana Forest est une ONG dont la mission est d’introduire un nombre croissant de personnes à un mode de vie plus durable et d’améliorer la sécurité alimentaire dans des zones arides par la remise en état de terres stériles et la gestion des ressources en eau. Sadhana Forest œuvre en Inde depuis 2002, en Haïti depuis 2010, et au Kenya depuis 2014, pays où elle se consacre à la création de «food forests», riches en biodiviersité et extrêmement nutritives. Le modèle de reforestation de Sadhana, centré sur la formation des individus et la participation des communautés, ainsi que sur des techniques d’irrigation et de conservation de l’eau innovantes, a largement fait ses preuves :  le taux de survie des arbres plantés approche 90% (contre une moyenne estimée localement de 30% pour les autres ONG opérant dans les mêmes zones); Sadhana Forest a reçu un Humanitarian Water and Food Award en 2010; et la notoriété de son fondateur, Aviram Rozin, ne cesse de croître auprès des organisations internationales et des acteurs du changement durable.

 


Le projet

Un partenariat avec des Universités suisses

Ce projet pilote sera l’occasion pour nos partenaires scientifiques de tester, dans trois régions arides aux climats différents, les arbres suspectés d’être oxalogènes et d’en dresser la liste par région. Ces arbres ont la faculté de transformer le carbone présent dans l’atmosphère en carbone minéral, à savoir en calcaire, qui sera par la suite séquestré de manière permanente dans les sols grâce au microbiote. La présence de ce calcaire permet de lutter contre l’acidité des sols et ainsi d’en améliorer la fertilité. Dresser la liste des arbres oxalogènes permettra aux agriculteurs locaux de planter les arbres les plus adaptés à leur région, pour une gestion plus durable de leurs terres. 

Des techniques agroforestières confirmées

Sadhana Forest utilise des techniques d'agroforesterie qui ont fait leur preuve, notamment un système d’irrigation à la mèche (permettant un goutte à goutte direct sur les racines de la plante, gardant les racines humides et saines tout en évitant le phénomène d’évaporation) et autres méthodes de conservation de l’eau (création de barrages, de buttes et de digues).

La participation des communautés et des équipes mobiles 

Nous opérons en collaboration avec les locaux et leurs familles, qui sont formés par l’équipe de Sadhana Forest. En effet, dans chacun des trois pays, une équipe mobile de reforestation sillonnera la région en camion et passera jusqu’à deux semaines dans chaque localité, où elle dispensera une formation théorique le matin et des ateliers pratiques d'agroforesterie l’après-midi. Les participants recevront chacun gratuitement deux jeunes arbres qu’ils pourront planter sur leurs propres terres en appliquant les techniques enseignées. L’enseignement porte sur les espèces d’arbres, les méthodes de plantation et de protection des arbres, les techniques d’irrigation et de conservation de l'eau, ainsi que la récolte, le stockage et la transformation des fruits. La création de relations étroites et durables avec les populations locales garantit la pérennité des projets, puisque, contrairement à l’aide alimentaire directe, cette solution permet aux communautés locales d’acquérir le savoir-faire pour assurer eux-mêmes leur avenir et l’accès aux ressources élémentaires.


Résultats attendus

  • 50’000 arbres sont plantés dans chaque région après trois ans.
  • Environ 22 localités sont visitées par région chaque année. 
  • 20-30 personnes sont formées par jour dans chaque région, soit environ 7'000 par année.
  • Au cours des trois ans du projet, 1'106 tonnes de CO2 sont séquestrées, dont 2,5 tonnes de carbone fixés de manière permanente dans les sols sous forme de calcaire.
  • 90% des arbres plantés survivent et produisent des fruits.
  • A long terme, les sols sont régénérés et suffisamment fertiles pour permettre de faire pousser des légumes.
  • La sécurité alimentaire s'améliore grâce aux feuilles, fruits et/ou noix à haute valeur nutritive ajoutés au régime alimentaire des bénéficiaires.
  • La capacité de stockage des eaux de pluie augmente et les puits se remplissent grâce aux installations de conservation de l'eau dans chaque village.
  • Le modèle est partagé publiquement, promu à l'échelle mondiale et prêt à être répliqué, encourageant d'autres organisations à le reproduire.
  • Une collecte et une analyse approfondies des données de terrain permettent de dresser la liste des arbres oxalogènes et de faire avancer la recherche sur la séquestration du carbone.
  • Une App mobile accessible au grand public recense les résultats de la recherche sur les bénéfices nutritifs et écologiques des espèces d'arbres plantés.

Durabilité

  • Dans chaque localité, deux semaines après le départ de l’équipe mobile de reforestation, une équipe de suivi viendra contrôler la santé des arbres et fournir des conseils adaptés aux participants.
  • Les coordonnées GPS de chaque arbre seront enregistrées, afin de permettre un suivi par imagerie satellitaire sur le long terme.
  • Peu à peu, OneAction se désengagera et misera sur l’expérience acquise afin de répliquer ce modèle de reforestation dans d’autres pays.

Le projet en quelques chiffres

En trois ans de projet, les trois pays compris, c'est :

  • 150'000 arbres plantés ;
  • 69'000 personnes formées aux techniques d'agroforesterie, dont 50% au moins sont des femmes ;
  • 276'000 personnes des communautés qui bénéficient indirectement des connaissances acquises par les participants aux formations ;
  • Plus de 1'106 tonnes de CO2 séquestrées par les arbres plantés ;
  • 2,5 tonnes de carbone fixées de manière permanente dans les sols sous forme de carbone ;
  • on estime que chaque arbre planté permettra la naissance "naturelle" de 3 autres arbres : 450'000 arbres supplémentaires sont attendus à long terme grâce au projet.